Xavier Mallamaci, un kiné des musiciens à Lyon

Il est bassiste amateur, chroniqueur de l’émission hebdomadaire Ultra Rock sur RGB-FM, kinésithérapeute à Lyon et spécialisé dans la rééducation des musiciens… Autant de bonnes raisons de donner la parole à Xavier Mallamaci, que j’ai rencontré au stage des Arcs 2011 et qui revient cet été.

Kiné des musiciens à Lyon, Xavier Mallamaci est aussi bassiste amateur

Xavier soigne surtout des musiciens classiques. Mais sa passion, c'est le métal !

Etre kiné des musiciens, qu’est-ce que ça veut dire ?

Quand je suis sorti de l’école de kiné et qu’un patient arrivait avec une tendinite du coude, je traitais la tendinite, un point c’est tout. Le fait que ce patient soit musicien, maçon ou tennisman était secondaire. Je m’occupais de sa pathologie, avec une logique « mécanique ».

Etre kiné des musiciens, c’est aborder le patient par sa pratique : de quel instrument joue-t-il, à quelle fréquence, que peut-on corriger ou améliorer dans sa posture ? A quel moment la douleur est-elle apparue ? C’est une autre façon de faire le métier que j’ai découverte au premier stage des Arcs et pour moi, c’est super stimulant.

De quoi souffrent les musiciens qui viennent te voir ?

Il s’agit en majorité de musiciens classiques atteints de tendinites, en particulier à l’épaule ou au coude. Ils ont très mal, certains ne peuvent plus jouer car la situation dure depuis des mois. Ils ont vécu avec l’espoir que ça passerait, ils sont allés au bout de leur tolérance à la douleur mais ce n’est plus tenable. Je suis frappé aussi de voir qu’ils sont paniqués, voire désespérés : ils ont peur pour leur carrière.

Avant de venir chez le kiné, n’ont-ils pas vu d’autres professionnels de santé ?

Si, bien sûr. Le médecin leur a prescrit des anti-inflammatoires, ce qui leur a permis provisoirement de continuer à jouer. Le risque, c’est de masquer la douleur alors que la blessure est toujours là : quand on arrête le traitement, c’est pire qu’avant.

Ceux qui voient un chirurgien se voient parfois proposer une opération, comme si le problème était strictement mécanique. Aucun des musiciens que je traite n’a commencé par le kiné et c’est dommage.

Quel traitement leur proposes-tu ?

Je commence par les rassurer, par canaliser l’émotion : la tendinite du musicien, c’est courant, ça se soigne et on en guérit, en particulier grâce au travail sur la posture. Deuxième priorité, calmer la douleur. Enfin, l’idéal est d’arrêter de jouer une semaine ou deux. C’est plus facile pour des amateurs que pour des pros, bien sûr. Mais la patience est payante : après cette interruption, on peut recommencer à petite dose, sans être gêné par la douleur, et travailler sur le problème de posture qui provoque la tendinite.

La guérison est-elle définitive ?

Tout dépend de la façon dont le musicien s’approprie sa nouvelle gestuelle. Les mauvaises habitudes reviennent en période de travail intensif : préparation d’un examen ou d’un concours, série de concerts, nouveau répertoire très exigeant… Mes patients le savent et reviennent me voir dès les premiers signes d’alerte, ce qui permet de corriger le tir.

 Pourquoi reçois-tu principalement des musiciens classiques ?

Sans doute parce que les autres musiciens n’ont pas l’habitude de consulter. Dans le milieu du hard-rock et du métal, que je connais bien, il y a beaucoup de pathologies. Mais personne ne va voir le médecin ou le kiné, personne ne dira qu’il a mal ou qu’il est gêné pour jouer : c’est une culture de « durs » dans laquelle l’aveu de faiblesse n’a pas sa place.

3 réflexions au sujet de « Xavier Mallamaci, un kiné des musiciens à Lyon »

  1. Bonjour,

    J’ai lu « Gestes et postures du musicien » il y a quelques années et m’a beaucoup apporté. Félicitation pour cette ouvrage.
    J’habite Lyon, je suis batteur avec mes problèmes d’épaule. Où puis-je trouver les coordonnées de Xavier Mallamaci ?

    Cordialement,

    M.Fueris

  2. violoniste, en 2008 sur conseil d’un chirurgien soit disant spécialiste des musiciens, j’ai subit une prothèse d’épaule droite. Malheureusement je suis mal tombé ce praticien a totalement manqué son opération ( sectionnement du nerf circonflexe, et des nerfs sus et sous épineux) puis la partie glénale de la prothèse s’est détachée. Reprise par un professeur compétant mais qui n’a pu remettre une autre glène ni faire quoique ce soit au niveau nerveux. Après 14 mois de rééducation en centre spécialisé j’ai retrouvé un peu de mobilité Malgré tout je ne peux jouer du violon notamment sur les cordes basses. Depuis je suis suivi en permanence par une kiné qui ne sait plus quoi faire, la douleur étant permanente Seuls les mouvements ne dépassant pas la ceinture sont possibles..Je me suis donc tourné vers d’autres instruments ( bouzouki et harmonicas) mais bon c’est du pis aller. Voilà donc mon histoire, qu’en pensez vous. Y aurait’il une solution ergonomique ? NB: du classique je suis passé au celtique irlandais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *