Flûte, cor, basson, violon et alto : un point commun ?

Si vous observez un de ces instrumentistes, il y a de fortes chances pour que vous puissiez voir un net déséquilibre entre les 2 épaules. L’épaule droite est nettement en arrière par rapport à l’épaule gauche, parfois plus haute, le plus souvent plus basse. Cet état de fait n’est pas sans conséquences et peut être facilement compensé….

Ces instruments ont un point commun : ils ne se portent pas de façon symétrique, et imposent un appui buccal ou mentonnier provoquant un point fixe haut. Cette asymétrie, qui se compense le plus souvent au niveau des mains et des épaules, devrait, dans la réalité, se construire au niveau de la tête et du cou.  Lire la suite

Trompette et cuivres : on laisse tomber le masque !

Comment épargner ses lèvres quand on joue de la trompette ou d’un autre cuivre, sachant qu’ils exigent de la puissance et du débit d’air et sollicitent violemment les lèvres ? En effectuant le travail respiratoire à partir des muscles de la respiration, plutôt qu’au niveau du fameux « masque ». Lire la suite

Piano : pour soulager le dos, jouez avec tout votre corps

Le piano se joue assis, ce qui pourrait faire croire que la position est facile. Or, les pianistes souffrent beaucoup du dos et de pathologies de la main, plus que tous les autres musiciens. La raison ? Le pianiste se focalise tellement sur ses mains qu’il en « oublie » le reste du corps. Et ce dernier, mal utilisé, n’aide pas les mains pourtant soumises à des efforts intenses. Lire la suite

Vous jouez assis ? Inclinez votre siège vers l’avant

Si vous jouez ou répétez assis pendant de longues heures et que vous souffrez du dos, le coupable est peut-être… votre chaise. Elle mérite en tout cas que vous vous intéressiez à elle : la plupart des modèles qu’on trouve à la maison, en conservatoire et même en orchestre ne répondent pas aux contraintes physiologiques du dos. Lire la suite

Violoncellistes : rester en mouvement malgré la pique

Pour le violoncelliste, la pique est à la fois un confort (pas d’instrument à porter) et un piège : elle crée un point fixe qui peut contribuer à figer la position, d’autant que le musicien s’appuie sur la partie supérieure de la caisse. Pour bien jouer sans souffrir de douleurs du dos (pathologie n°1 pour le violoncelle), il faut apprendre à « bouger » autour de l’instrument. Lire la suite