Quelques clés pour observer la posture de vos élèves

Vous êtes évidemment attentif au son de vos élèves, à leur interprétation, à leur façon de tenir l’instrument. Mais vous arrive-t-il d’observer leur posture ? J’y consacre beaucoup de temps dans mes formations pour professeurs et je vous propose de découvrir cette démarche.

Posture de départ : l’exemple d’une corniste

Cette jeune corniste adopte une posture vers l'arrière, le dos est cambré, l'épaule gauche est plus haute

La posture de départ d'Elodie

Cette photo montre une jeune corniste, Elodie, en train de jouer. Vous ne l’entendez pas mais ce n’est pas gênant : vous serez plus attentif à la façon dont elle place son corps. Est-il équilibré, aligné, harmonieux ? Avez-vous l’impression qu’Elodie est confortablement « posée » quand elle joue ?

Pour vous aider, voilà les questions que je pose aux stagiaires :

  • Où est placé le centre de gravité du corps, en avant ou en arrière des pieds?
  • Les épaules sont elles symétriques, trop hautes, trop basses ?
  • L’élève a-t-il un bon appui sur les 2 pieds ?
  • Son dos respecte-t-il les courbures physiologiques ?

En situation réelle, nous observons aussi des aspects dynamiques :

  • L’élève recule-t-il les épaules quand il souffle, ou au contraire projette-t-il son buste vers l’avant ?
  • De façon générale, est-il statique ou en mouvement ?

Dans le cas d’Elodie, vous aurez remarqué que :

  • le corps est plutôt vers l’arrière,
  • l’épaule gauche est plus haute et plus en avant que l’épaule droite,
  • l’appui principal est sur le pied gauche et le dos est cambré.

La posture corrigée : plus confortable, plus mobile

Posture d'une jeune corniste après correction : corps vers l'avant, dos droit, épaules équilibrées. Le gain de confort est évident.

La posture d'Elodie après correction avec les stagiaires

Après échange avec les stagiaires, nous avons proposé à Elodie plusieurs modifications de posture. Nous avons déplacé son pupitre et placé un tabouret bas sous son pied droit. Nous lui avons conseillé de bouger davantage le haut du corps (elle était très statique). Pour cela, elle a commencé à souffler en appuyant sur le pied droit et en avançant les épaules.

Elodie a jugée cette nouvelle posture bien plus agréable que sa position de départ.

Vous aussi, mettez votre sens de l’observation au service de la posture de vos élèves ! Vous verrez qu’ils sont très motivés par ce travail, qu’ils y gagnent en confort (pensez à leur poser la question) et souvent, en musicalité.

Une réflexion au sujet de « Quelques clés pour observer la posture de vos élèves »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *